« On arrête tout, on réfléchit, et c’est pas triste ». Telle était la devise de Gébé dans L’An 01. Aujourd’hui, on est bien obligés d’arrêter. Donc autant réfléchir. Pour que demain soit moins triste.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur reddit
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Cédric, architecte

Les professionnels du bâtiment arrêtent de travailler À REGRET. Je n’ai pas de chantiers en cours et ne suis pas concerné par le confinement, mais je suis dans le bâtiment depuis toujours et je sais que l’attitude de Muriel Pénicaud est irrespectueuse et atteste d’une méconnaissance manifeste des travailleurs du bâtiment. Ce ne sont pas des fainéants, mais il ne leur suffit pas de « prendre plusieurs véhicules » pour éviter de se contaminer les uns les autres : sur un chantier, on travaille à plusieurs sur le même lieu. Les travailleurs vont perdre beaucoup d’argent, mais ils éviteront ainsi de se contaminer, de propager le virus et de surcharger les hôpitaux.

"L'attitude de Muriel Pénicaud est irrespectueuse et atteste d'une méconnaissance manifeste des travailleurs du bâtiment. Ce ne sont pas des fainéants, mais il ne leur suffit pas de « prendre plusieurs véhicules » pour éviter de se contaminer les uns les autres" Cédric, architecte, témoigne. #Lan01 via @francois_ruffin

Sofi, assistante sociale

“Ma fille et ses ami(e)s sont saisonniers depuis des années. Aucune certitude sur leur salaire fin mars. Ils se retrouvent donc sans logement, sans voiture, sans salaire.” Sofi, assistante sociale, témoigne.

Lire la suite

Retrouvez tous les témoignages !