« On arrête tout, on réfléchit, et c’est pas triste ». Telle était la devise de Gébé dans L’An 01. Aujourd’hui, on est bien obligés d’arrêter. Donc autant réfléchir. Pour que demain soit moins triste.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur reddit
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Euryale, autrice de théâtre

Ces bas salaires
Ces mi-temps sous-payés
Ces femmes qui voulaient l’égalité
Ces régimes spéciaux privilégiés
Ces fonctionnaires fainéants et trop nombreux
Ces soignants trop gâtés
Ces agriculteurs pauvres
Ces enseignants qui avaient trop de vacances
Ces grévistes qui prenaient en otage
Ces Français assistés

Ceux qui n’avaient pas traversé la rue
Ceux qui n’étaient pas réformables
Ceux qui refusaient la fermeture des usines
Ceux qui au fil de l’Histoire, et parfois en même temps, sont rouges, jaunes ou noirs

Ceux qui n’ont pas de villas
Ceux qui ne sont pas actionnaires

Ceux qui abiment leurs corps et leurs santés
Ceux qui se battent sans espoir de médailles

Ceux qui sont aujourd’hui sur le front.

Notre France.

Merci.

"Ces régimes spéciaux privilégiés Ces fonctionnaires fainéants et trop nombreux Ces soignants trop gâtés" Euryale, autrice de théâtre, témoigne. #Lan01 via @francois_ruffin

Sofi, assistante sociale

“Ma fille et ses ami(e)s sont saisonniers depuis des années. Aucune certitude sur leur salaire fin mars. Ils se retrouvent donc sans logement, sans voiture, sans salaire.” Sofi, assistante sociale, témoigne.

Lire la suite

Retrouvez tous les témoignages !