« On arrête tout, on réfléchit, et c’est pas triste ». Telle était la devise de Gébé dans L’An 01. Aujourd’hui, on est bien obligés d’arrêter. Donc autant réfléchir. Pour que demain soit moins triste.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur reddit
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Marie-Christine, retraitée

Je suis très en colère et très triste de voir comment toute cette pandémie est gérée ! Et ce confinement m’inquiète particulièrement pour les population en précarité. C’est à ce sujet que j’écris aujourd’hui. Les Restos du Coeur et d’autres associations ont dû cesser leur distribution. Il faut dire qu’en France, nous, les bénévoles, sommes en majorité des personnes dites “âgées” donc les premières à devoir être confinées. Ma question est simple : pourquoi ne pas avoir remplacé les bénévoles par des militaires ? Une solution qui aurait été simple et sûrement bien menée à en croire l’efficacité de notre armée ! Et ainsi les familles à petit budget, les femmes isolées, les sans-abris etc. auraient pu trouver chaleur et nourriture pendant ces temps de confinement qui par ailleurs sont durs pour tout le monde mais plus durs pour certain(e)s, comme d’habitude !

"Les Restos du Coeur et d'autres associations ont dû cesser leur distribution. Ma question est simple : pourquoi ne pas avoir remplacé les bénévoles par des militaires ?" Marie-Christine, retraitée, témoigne. #Lan01 via @francois_ruffin

Sofi, assistante sociale

“Ma fille et ses ami(e)s sont saisonniers depuis des années. Aucune certitude sur leur salaire fin mars. Ils se retrouvent donc sans logement, sans voiture, sans salaire.” Sofi, assistante sociale, témoigne.

Lire la suite

Retrouvez tous les témoignages !