« On arrête tout, on réfléchit, et c’est pas triste ». Telle était la devise de Gébé dans L’An 01. Aujourd’hui, on est bien obligés d’arrêter. Donc autant réfléchir. Pour que demain soit moins triste.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur reddit
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Monique, retraitée

Nous devons énormément de reconnaissance à ceux qui sont sur le front, on ne les remerciera jamais assez de leur courage et de leur abnégation. Mais aussi je souhaiterais que, comme moi, chacun pense à ces travailleurs qui se lèvent très tôt le matin et qui, sans protection, nous débarrassent de nos ordures. S’ils ne le faisaient pas, nous devrions faire face à d’autres problèmes sanitaires. Alors dans ce contexte, un geste, un petit billet ou même une petite pièce serait un remerciement pour ce qu’ils accomplissent.

"Nous devons énormément de reconnaissance à ceux qui sont sur le front, on ne les remerciera jamais assez de leur courage et de leur abnégation.", Monique, retraitée, témoigne. #Lan01 via @francois_ruffin

Sofi, assistante sociale

“Ma fille et ses ami(e)s sont saisonniers depuis des années. Aucune certitude sur leur salaire fin mars. Ils se retrouvent donc sans logement, sans voiture, sans salaire.” Sofi, assistante sociale, témoigne.

Lire la suite

Retrouvez tous les témoignages !