« On arrête tout, on réfléchit, et c’est pas triste ». Telle était la devise de Gébé dans L’An 01. Aujourd’hui, on est bien obligés d’arrêter. Donc autant réfléchir. Pour que demain soit moins triste.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur reddit
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Nathalie, ergonome

Je viens de recevoir un mail de “ventes privées Usineclub” me proposant, avec une réduction de -45%, la livraison des masques FFP2. Je suis scandalisée. Ne peut-on pas réquisitionner l’ensemble des stocks pour toutes les personnes qui sont obligées de travailler ? Ne serait-il pas possible de bloquer ce type de mail ? De poursuivre et condamner après la pandémie ces personnes ? Cela questionne vraiment la publicité et la nécessité de réglementer, voire interdire certaines pubs.

"Je viens de recevoir un mail de "ventes privées Usineclub" me proposant, avec une réduction de -45%, la livraison des masques FFP2. Je suis scandalisée." Nathalie, ergonome, témoigne. #Lan01 via @francois_ruffin

Sofi, assistante sociale

“Ma fille et ses ami(e)s sont saisonniers depuis des années. Aucune certitude sur leur salaire fin mars. Ils se retrouvent donc sans logement, sans voiture, sans salaire.” Sofi, assistante sociale, témoigne.

Lire la suite

Retrouvez tous les témoignages !