« On arrête tout, on réfléchit, et c’est pas triste ». Telle était la devise de Gébé dans L’An 01. Aujourd’hui, on est bien obligés d’arrêter. Donc autant réfléchir. Pour que demain soit moins triste.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur reddit
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Nicolas, chercheur

Mon frère, entraîneur d’escalade de haut niveau, s’est confiné sous une tente au cœur de la forêt de Fontainebleau, dès la première annonce. Il y a trois jours, il en a été expulsé par les gendarmes (sans masques), qui surveillaient la zone au moyen d’un hélicoptère.

Nice est observée par des drones, il semble que Paris également. Les contrôles se multiplient même pour un tour en vélo, les amendes tombent.

Après les lois d’exception à la suite des attentats, détournées à d’autres fins, après la banalisation de la répression avec les Gilets Jaunes, chaque événement est l’occasion d’un durcissement du pouvoir. Stratégie du choc. Comment y résister ?

"Après les lois d'exception à la suite des attentats, détournées à d'autres fins, après la banalisation de la répression avec les Gilets Jaunes, chaque événement est l'occasion d'un durcissement du pouvoir. Stratégie du choc. Comment y résister ?" Nicolas, chercheur, témoigne. #Lan01 via @francois_ruffin

Sofi, assistante sociale

“Ma fille et ses ami(e)s sont saisonniers depuis des années. Aucune certitude sur leur salaire fin mars. Ils se retrouvent donc sans logement, sans voiture, sans salaire.” Sofi, assistante sociale, témoigne.

Lire la suite

Retrouvez tous les témoignages !