« On arrête tout, on réfléchit, et c’est pas triste ». Telle était la devise de Gébé dans L’An 01. Aujourd’hui, on est bien obligés d’arrêter. Donc autant réfléchir. Pour que demain soit moins triste.

On arrête, mais on alerte

Attention : Cette page, et nos contacts, ne sont pas destinés à traiter des urgences sanitaires, à vous dispenser des conseils médicaux, ou à répondre à vos interrogations. Son seul objectif est de recueillir vos témoignages, et si nécessaire d’alerter les autorités. Si vous avez besoin d’informations ou d’assistance, renseignez-vous sur la page dédiée sur le site du gouvernement : https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus ou appelez le 0 800 130 000.

C’est mon rôle de député, que je souhaite poursuivre, d’abord aux côtés des soignants, en première ligne : AVS, infirmiers, médecins, n’hésitez pas à m’alerter sur vos soucis, votre service, vos conditions de travail. Mais aux côtés, également, des habitants de mon coin, des salariés, des commerçants : que personne ne soit laissé au bord du chemin.

Didier, employé dans le BTP

“Pourquoi ne pas commencer à réfléchir sur l’hébergement du personnel hospitalier, qui est en première ligne, dans des hôtels réquisitionnés ?” Didier, employé dans le BTP, témoigne.

Lire la suite

Emilie, infirmière

“Nous avons des soignants qui viennent tous les jours et nous gardons leurs enfants. Je n’ai pas l’impression de faire défaut à mon sens du service public, ni aux malades, ni aux soignants ! Nous sommes les grandes oubliées des médias, des politiques !” Emilie, infirmière, témoigne.

Lire la suite

Laure, infirmière

“Mais notre fils, 5 ans, doit passer ses journées à “l’école”. Ils sont quelques enfants, moins de 10, entre 3 et 11 ans. Ils sont traités comme des pestiférés. Le personnel ne s’approche pas d’eux.” Laure, infirmière, témoigne.

Lire la suite

Nicolas, chercheur

“Après les lois d’exception à la suite des attentats, détournées à d’autres fins, après la banalisation de la répression avec les Gilets Jaunes, chaque événement est l’occasion d’un durcissement du pouvoir. Stratégie du choc. Comment y résister ?” Nicolas, chercheur, témoigne.

Lire la suite

Monique, retraitée

“Nous devons énormément de reconnaissance à ceux qui sont sur le front, on ne les remerciera jamais assez de leur courage et de leur abnégation.”, Monique, retraitée, témoigne.

Lire la suite

Sébastien, chef de projet

“Je fulmine, car à 43 ans avec 2 enfants de 2 et 6 ans je viens d’être déclaré “covid mais pas sûr car on peut pas tester” par mon médecin.”, Sébastien, chef de projet, témoigne.

Lire la suite