« On arrête tout, on réfléchit, et c’est pas triste ». Telle était la devise de Gébé dans L’An 01. Aujourd’hui, on est bien obligés d’arrêter. Donc autant réfléchir. Pour que demain soit moins triste.

On arrête, mais on alerte

Attention : Cette page, et nos contacts, ne sont pas destinés à traiter des urgences sanitaires, à vous dispenser des conseils médicaux, ou à répondre à vos interrogations. Son seul objectif est de recueillir vos témoignages, et si nécessaire d’alerter les autorités. Si vous avez besoin d’informations ou d’assistance, renseignez-vous sur la page dédiée sur le site du gouvernement : https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus ou appelez le 0 800 130 000.

C’est mon rôle de député, que je souhaite poursuivre, d’abord aux côtés des soignants, en première ligne : AVS, infirmiers, médecins, n’hésitez pas à m’alerter sur vos soucis, votre service, vos conditions de travail. Mais aux côtés, également, des habitants de mon coin, des salariés, des commerçants : que personne ne soit laissé au bord du chemin.

François, boulanger

“Je souhaite bon courage à nos agriculteurs qui font les différents marchés, nos producteurs également…”, François, boulanger, témoigne.

Lire la suite

Chris, orthophoniste retraitée

“Des producteurs (qui ont une ferme) se voient signifier par des policiers, lors d’une livraison à des revendeurs, que le fromage ne fait pas partie des aliments de première nécessité…”, Chris, orthophoniste retraitée, témoigne.

Lire la suite

Damien, étudiant

“Le CROUS n’a quant à lui pas perdu son temps, m’informant que la chambre que j’avais réservé n’était désormais plus disponible. J’attends toujours le remboursement.”, Damien, étudiant, témoigne.

Lire la suite